Le Chêne Français est en danger !

Le Chêne Français est en danger !

9 novembre 2018 0 Par laforetfrancaise

Le Chêne Français, revendu en Chine sous forme de bois fort. Cette situation inquiète énormément les scieries de Chêne Français.

L’exportation de Chêne, en 2007, était de 80 000m³. Ce chiffre est passé à + de 600 000m³ (dont 300 000 en Chine) en 2015. Aujourd’hui, l’exportation de Chêne sous forme « bois fort » a augmenté de 35% en 1an (de janvier 2017 à 2018).
En 2007, 2.45 millions de m³ de Chêne sont disponibles sur le territoire Français. 10ans après (2017) ce chiffre est passé à 1.25 millions de m³, soit une diminution de 49% (près de la moitié).
En plus des difficultés de rentabilité, cette concurrence est responsable de la disparition de 610 scieries feuillues entre 1998 et 2008, passant de 1192 à 582. Les scieries ne tournent à présent qu’à 60% de leur capacité à cause du manque d’approvisionnement.
Il faut rappeler que tout le Chêne exporté en Chine, n’arrivera jamais sur le dépôt des scieries Françaises ! Moins de bois a scié et + de 26 000 emplois en danger !
En effet, la transformation du bois génère 10 à 20 fois + d’emplois que l’exportation de grume.
Malheureusement, 3/4 de nos beaux Chêne Français proviennent des propriétés privées. Les vendeurs préfèrent vendre à meilleurs prix les Chênes en Chine, plutôt qu’aux scieries Françaises.
Classe diamètre 35-40 cm, environ 70€/m³ en France, pour 100€/m³ à l’export
Classe diamètre >45 cm, environ 130€/m³ en France, pour 140€/m³ à l’export

Que devient le Chêne une fois arrivé là-bas ?

Après avoir parcouru + de 8 000km, il est revendu en France, sous forme de parquets, lames terrasses, etc … « Made in China », moins cher que le produit Français. Rajouter à cela un bilan carbone 17 fois plus élevé que si le bois était transformé en France.

Cela va-t-il durer ?

Il y a deux ans, le ministère de l’agriculture a mis en place le label « Transformation UE »
(consultez les procédures de gestion du label), avec l’association APECF. En adhérant à ce label, l’acheteur, exploitant ou scieur, s’engage à transformer ou à faire transformer l’ensemble des bois ronds de Chêne acquis en France sur le territoire de l’UE. L’ONF, principal vendeur de Chêne, s’engage de son côté à réserver aux acheteurs labellisés un accès privilégié à la ressource. En forêt privée, cette règle ne peut être imposée, mais les vendeurs ont la possibilité de s’intégrer de manière volontaire dans la démarche.
En 2016, cette politique aurait sauvegardé 100 000 m³ pour la transformation Française.

Modifié le 2018-11-09 à 22:41:32