Le Chêne Français est en danger !

Le Chêne Français est en danger !

Le Chêne Français, revendu en Chine sous forme de bois fort. Cette situation inquiète énormément les scieries de Chêne Français.

L’exportation de Chêne, en 2007, était de 80 000m³. Ce chiffre est passé à + de 600 000m³ (dont 300 000 en Chine) en 2015. Aujourd’hui, l’exportation de Chêne sous forme « bois fort » a augmenté de 35% en 1an (de janvier 2017 à 2018).
En 2007, 2.45 millions de m³ de Chêne sont disponibles sur le territoire Français. 10ans après (2017) ce chiffre est passé à 1.25 millions de m³, soit une diminution de 49% (près de la moitié).
En plus des difficultés de rentabilité, cette concurrence est responsable de la disparition de 610 scieries feuillues entre 1998 et 2008, passant de 1192 à 582. Les scieries ne tournent à présent qu’à 60% de leur capacité à cause du manque d’approvisionnement.
Il faut rappeler que tout le Chêne exporté en Chine, n’arrivera jamais sur le dépôt des scieries Françaises ! Moins de bois a scié et + de 26 000 emplois en danger !
En effet, la transformation du bois génère 10 à 20 fois + d’emplois que l’exportation de grume.
Malheureusement, 3/4 de nos beaux Chêne Français proviennent des propriétés privées. Les vendeurs préfèrent vendre à meilleurs prix les Chênes en Chine, plutôt qu’aux scieries Françaises.
Classe diamètre 35-40 cm, environ 70€/m³ en France, pour 100€/m³ à l’export
Classe diamètre >45 cm, environ 130€/m³ en France, pour 140€/m³ à l’export

Que devient le Chêne une fois arrivé là-bas ?

Après avoir parcouru + de 8 000km, il est revendu en France, sous forme de parquets, lames terrasses, etc … « Made in China », moins cher que le produit Français. Rajouter à cela un bilan carbone 17 fois plus élevé que si le bois était transformé en France.

Cela va-t-il durer ?

Il y a deux ans, le ministère de l’agriculture a mis en place le label « Transformation UE »
(consultez les procédures de gestion du label), avec l’association APECF. En adhérant à ce label, l’acheteur, exploitant ou scieur, s’engage à transformer ou à faire transformer l’ensemble des bois ronds de Chêne acquis en France sur le territoire de l’UE. L’ONF, principal vendeur de Chêne, s’engage de son côté à réserver aux acheteurs labellisés un accès privilégié à la ressource. En forêt privée, cette règle ne peut être imposée, mais les vendeurs ont la possibilité de s’intégrer de manière volontaire dans la démarche.
En 2016, cette politique aurait sauvegardé 100 000 m³ pour la transformation Française.

Modifié le 2018-11-09 à 22:41:32